top of page
  • Photo du rédacteurconstancepereira

Ethique et déontologie

Comme précisé par la Chambre Syndicale ​de la Sophrologie (CSS) dont je suis membre, le métier de sophrologue impose aux professionnels en exercice de tenir une ligne de conduite très précise. C’est ce que l’on appelle la posture thérapeutique du sophrologue : posture professionnelle qui dicte de quelle façon se positionner.

Plus particulièrement, elle lui indique quelle attitude adopter en séance ainsi que les limites à ne pas franchir pour respecter le cadre d’exercice du métier.

Le sophrologue devra notamment faire preuve de tolérance, de respect, de patience, ou encore conserver une distance physique non-intrusive.

Le sophrologue sera également amené à se questionner régulièrement sur sa pratique, à faire preuve d’humilité et à se détacher du contrôle quant à l’évolution des personnes qu’il accompagne.

Le sophrologue se doit également de respecter des règles morales et éthiques propres à sa profession.

Le code de déontologie (voir post dédié) de la Chambre Syndicale de la Sophrologie définit ces règles essentielles, telles que :

  • le respect de la confidentialité et de la législation en vigueur

  • l’impossibilité de réaliser des prescriptions ou diagnostics

  • ou encore l’obligation d’entretenir des relations confraternelles avec les autres sophrologues





コメント


コメント機能がオフになっています。
bottom of page